One and No One

 

With my new series One and No One I am furthering my research into identity questions and the nature of human relationships within the Internet’s social networks. While my former series, The Lives of Others, was inspired by Facebook and its role as a tool for identity construction, One and No One explores Twitter’s semantics and its potentially disempowering effect on individuals. While the social media can raise awareness about global issues and increase access to information, they can also encourage a lack of critical thought and a sort of herd mentality. As a point of departure, I explore Twitter’s semantics, which revolve around the idea of following. Then I liken the micro blogging platform to our society and the groups of followers to crowds. Finally, using a Photoshop interface similar to Twitter’s interface, I question the nature of our behaviour in society and the reasoning behind our everyday decisions. Are our actions the product of independent reasoning or simply the result of imitative behaviour?

Twitter, in fact, is a reflection of our society with its few leaders and large masses of followers. While the top 200 accounts have between 15 million and 1.8 million followers, the average twitter has around 125. A recent study by Cornell University and Yahoo shows that 20,000 of Twitter’s 200 million users produce around half of the 140 million tweets posted each day. This elite class includes four groups of tweeters: celebrities (such as Lady Gaga), media outlets (such as CNN), organizations (such as Google), and bloggers (such as BoingBoing). The study also found that the elite tweeters focus on following others within their own category. So, celebrities would follow and tweet to other celebrities, and so on. This seems to be a good strategy for increasing the number of followers and, indeed, the prestige of the elite members. Moreover, Twitter’s semantics, being centered on the notions of following, becoming a follower and attracting followers, is highly representative of our society, in which elite celebrities, politicians, big corporations and media assert their leadership in order to influence the masses.

I find that the above portrait ties in with the theory of irrational and imitative behaviour of society and crowds developed by social theorists Gabriel Tarde (French, 1843-1904) and Herman Broch (Austrian, 1886-1951). In his influential Laws of Imitation Gabriel Tarde argues that society is imitation and that imitation is a kind of somnambulism. As Tarde underlines, this hypnotic state is not only a feature of crowds but is also a constitutive attribute of family and culture. Similarly, Hermann Broch’s Massenwahtheorie claims that people live in a trance-like or twilight state of mind, a product of the pre-eminence of irrationality in social life and mass conduct. Twitter is indeed a metaphor of our society's imitative behavior resulting from the strong influence of our cultural and religious backgrounds. Children follow parents, the pious follow religious leaders, adolescents surrender to peer pressure, and adults conform to social norms—just as crowds of tweeters follow celebrities and gurus.

The question is: are we actually living or merely sleepwalking? Are we conscious beings or are we entranced in some twilight too busy twittering to think? Twitter, as do other Internet social media, reflects the intrinsic power of society to mould humans into a mass. The more we become one with the crowd, the more we become no one.

Un et personne

 

Avec ma nouvelle série Un et personne, je poursuis ma recherche sur les questions d’identité et la nature des relations humaines dans les réseaux sociaux sur Internet. Alors que dans ma série précédente, La vie des autres, je m’étais inspirée de Facebook et de son rôle en tant qu’outil de construction identitaire, j’explore avec Un et personne la sémantique de Twitter et son effet potentiellement déresponsabilisant sur l’individu. Si les médias sociaux contribuent à mieux faire connaître les enjeux mondiaux et améliorent l’accès à l’information, ils peuvent aussi encourager le manque de réflexion critique et une sorte de mentalité de troupeau. Comme point de départ, j’explore la sémantique de Twitter, qui tourne autour de l’idée de suivre quelqu’un. Je compare ensuite cette plateforme de microblogage à notre société, et les groupes de suiveurs à des foules. Enfin, à l’aide d’une interface Photoshop semblable à l’interface de Twitter, je m’interroge sur la nature de notre comportement en société et le raisonnement à la base de nos décisions au quotidien. Nos actions sont-elles le produit d’une réflexion indépendante ou simplement le résultat d’un comportement mimétique?

Twitter, en fait, est le reflet de notre société, avec ses quelques leaders (ou influenceurs) et des masses de followers (appelés aussi suiveurs ou abonnés dans la terminologie française de Twitter). Alors que les 200 profils les plus actifs sur Twitter comptent entre 15 millions et 1,8 million de suiveurs, le twitteur moyen en compte autour de 125. Une récente étude menée par l’Université Cornell et Yahoo révèle que 20 000 des 200 millions d’utilisateurs de Twitter produisent environ la moitié des 140 millions de microbillets (les tweets) publiés chaque jour. Ce groupe sélect comprend des célébrités, des médias (comme CNN), des organismes (comme Google) et des blogueurs (tel que BoingBoing). Cette étude a également démontré que les twitteurs parmi l’élite s’emploient à suivre d’autres personnes faisant partie de la même catégorie qu’eux. Il apparaît par exemple que les célébrités suivent d’autres célébrités et tweetent avec elles, et ainsi de suite, ce qui semble être une bonne stratégie pour faire grimper leur nombre de suiveurs et, du coup, rehausser le prestige des membres de l’élite. Par ailleurs, comme la sémantique de Twitter s’articule autour de la notion de « suivre quelqu’un », le fait de devenir un suiveur et d’attirer des suiveurs est un comportement tout à fait représentatif de notre société, dans laquelle les célébrités, les personnalités politiques, les grandes entreprises et les médias affirment leur leadership dans le but d’exercer une influence sur les masses.

À mon avis, le portrait que je viens de brosser s’apparente à la théorie du comportement irrationnel et imitatif de la société et des foules développée par les théoriciens sociaux Gabriel Tarde (Français, 1843-1904) et Hermann Broch (Autrichien, 1886-1951). Dans un ouvrage qui a fait autorité, Les lois de l’imitation, Gabriel Tarde soutient que la société elle-même est le résultat d’un phénomène d’imitation et que l’imitation est une sorte de somnambulisme. Comme le souligne Tarde, cet état hypnotique n’est pas seulement une caractéristique des foules, mais également un trait fondamental de la famille et de la culture. Parallèlement, la Théorie de la folie des masses d’Hermann Broch soutient que les gens vivent dans un état d’esprit nébuleux, proche de la transe, résultat de la primauté de l’irrationalité dans la vie sociale et le comportement des masses. Il ne fait aucun doute que notre bagage culturel et religieux, de même que les normes sociales, exercent une forte influence sur notre pensée et nos actions. Les enfants suivent la trace de leurs parents, les dévots suivent leurs leaders religieux, les adolescents cèdent à la pression de leurs pairs et les adultes se conforment aux normes sociales—de la même façon que des hordes de twitteurs suivent des célébrités et des gourous.

La question est la suivante : sommes-nous vraiment en train de vivre notre vie ou y passons-nous seulement en somnambules? Sommes-nous des êtres conscients ou avons-nous été happés dans une sorte de brouillard parce que nous étions trop occupés à tweeter pour penser? À l’instar des autres médias sociaux sur Internet, Twitter nous révèle le pouvoir intrinsèque de la société de modeler les humains pour n’en faire qu’une masse. Mais à force de ne faire qu’un avec la foule, on finit par n'être plus personne.

 

Mónica Márquez 2012

 

The Lives of Others

 

My series, The Lives of Others, is very recent and is in process. It is intended as a revision of pop art, inspired by the phenomenon of Internet social networks, specifically Facebook, and their role as a tool for identity construction. Our own faces that we attach to the Facebook interface fuel innumerable “friends” and virtual-visual interactions that seem to ensure our success and our happiness in this real world. Close to 850 million people are living two lives—the virtual and the real—and for many these two remain quite distinct. On social networks there is “self-marketing,” which includes our search for the perfect promotional image, that obliges us to conceal our own reality, our real image.

A jpg vignette on Facebook shows only a tiny portion of the reality of the person behind the “face.” Nevertheless, by publishing only carefully selected photographs (taken during short moments of joy and fleeting glory), and by increasing one’s “collection of friends,” it is possible to construct a totally new identity quite removed from one’s everyday nature. In other words, the Facebook friends and their virtual relationships become crucial to the development and actualization of a new person. The praise on the “Wall,” the nice comments about photos, the virtual gifts and being “tagged” certainly contribute to increasing prestige. There is also a form of give and take: one “feeds” the images of friends while waiting for reciprocity. Conscious of its own “pop image,” a social network is transformed into a world of perfection, even happiness, and to the devil with the anxiety, loneliness and fear that are so prevalent in our societies. As it happens, more often than not the Facebook user wears a mask—like Les Demoiselles d’Avignon—and it can happen that one will no longer recognize one’s real self in the Internet image. Facebook therefore mirrors an imperfect image of who we really are. Thus, in this wonderful world, we become characters in a “great Internet theatre”: “me” actors for others and, things being as they are, spectators of “the lives of others,” from where I draw the title of this series.

My series, The Lives of Others, shows the other face of the characters on Facebook: their inner lives, their moments of “real reality,” what they really are outside this network, the faces that we do not see; in short, what has been left out. According to social psychologist Stanley Milgram’s “experience of a small world” theory of social connections, any two individuals selected at random are connected to each other through an average of 5.5 people. In my series I also question the nature of the human relationships on the Internet’s social networks: How would we react and behave if we were to find ourselves face to face with unanticipated “imperfect” people from our own Facebook network? In an unexpected encounter with someone outside our “social cluster,” what would be the criteria for our acceptance or rejection? What attitudes would we adopt toward their complex humanity and reality?

As for the process behind my works, all elements were done from “scratch.” The photographs come from my many trips on four continents, where I was able to capture an emotion, a look, or a moment of truth. I also entirely recreated the Facebook interface including the logo bar, all fonts, symbols, tabs, applications, etc.

 

La vie des autres

 

Ma série La vie des autres est très récente et toujours en devenir.  Elle se veut comme une révision du pop art, toutefois inspirée du phénomène des réseaux sociaux Web, plus précisément celui de Facebook et de son rôle comme outil de construction identitaire.  Nos propres visages que nous fixons sur l’interface Facebook se nourrissent d’innombrables « amis » et d’interactions virtu-visuelles lesquelles semblent assurer en ce monde réel notre succès, notre bonheur.  Ceci dit, près de 850 millions de personnes vivent deux vies : la virtuelle et la réelle et pour nombreux, celles-ci demeurent bien distinctes.  Sur Facebook, il y a un « marketing du soi » — donc la recherche de l’image publicitaire parfaite — qui nous oblige à dissimuler notre propre réalité, notre vraie image.

 

Une vignette jpgsur Facebook ne montre qu’une infime partie de la réalité de la personne représentée.  Cependant, en ne publiant que des photos soigneusement choisies (lors de courts instants de joie, de gloire éphémère), et tout en augmentant la « collection d’amis », il est tout à fait possible de construire une toute nouvelle identité bien éloignée de la quotidienneté.  En d’autres termes, les amis Facebook et leurs relations virtuelles deviennent cruciaux quant au perfectionnement et à l’actualisation d’une nouvelle personne.  Les éloges sur « le mur » (the Wall), les agréables commentaires des photos, les clichés ou l’on tagged, certes contribuent à augmenter le prestige.  Il y a aussi une forme de “give and take"; on « nourrit » l’image des amis tout en attendant la réciprocité.  Conscients de sa propre « image pop », un réseau social se transforme en un univers de perfection, voire de bonheur; au diable l’angoisse, la solitude, la peur si omniprésente, d’où une société réelle qui en fonde ses assises.  Or, plus que souvent que jamais, l’utilisateur Facebook porte un masque — comme Les demoiselles d’Avignon portent leurs masques — et il arrive parfois qu’il ne puisse plus se reconnaître dans sa propre image « wébérisée ». Facebook devient donc le miroir d’une image imparfaite de qui on est réellement.  Ainsi, dans ce merveilleux monde, on devient des personnages du « grand théâtre du Web » , des acteurs pour les autres, et par la force des choses, également spectateurs de « la vie des autres », d’où le titre de cette série.

Cela énoncé, ma série La vie des autres montre l’autre visage des personnages de Facebook; leurs intériorités, leurs instants de « vrai vérité »; ce qu’ils sont réellement à l’extérieur de ce réseau; ces têtes que l’on ne voit pas; bref, les exclus.  Selon « l’expérience du petit monde », une théorie de la connexion sociale du sociopsychologue Stanley Milgram, deux personnes prises au hasard sont reliées par une moyenne 5,5 personnes.  Cela dit, je questionne également la nature des relations humaines sur les réseaux sociaux du Web; nos réactions si nous nous trouvions face à face à ces personnes « imparfaites » s’elles se positionnaient dans notre propre réseau Facebook; sur ces rencontres inattendues, quel serait notre comportement envers ses impromptus? Quels seraient les critères de notre acceptation ou de notre refus? Quelles attitudes aborderions- nous par rapport à leur humanité et leur réalité, à la complexité de l’être humain?

Chacune des œuvres montre la photo d’un personnage ancré dans une interface de Facebook et dans l’une de ses applications: « suggestion », « profile », « send flowers», « friend requests », etc.  Ces oeuvres ont été fabriquées de toute part.  Les photos proviennent de mes nombreux voyages où j’ai pu figer une émotion, un regard, un instant de vérité; les composantes interfaces réalisées à partir de Photoshop (logos, textes, cellules, etc.).  Je souhaite que le spectateur se questionne sur la manière dont il répondrait aux questions posées plus haut; ou simplement, comment jugerait-elle ces personnages, ces acteurs.

 

Mónica Márquez 2010

 

Chiaroscuro

 

My series Chiaroscuro is full of light rays and “dark holes” that reflect my vision of life as a chain of beautiful as well as obscure events, of instants of happiness and pain, of love and fear.  And we remain in this chaos, us angels and demons, experts in both compassion and cruelty, in passion and indifference, in freedom and slavery. Always ready to believe in “something”, God, the stars, physics quantum, destiny, “anything” that can help us see life as worth living.

And I am still standing, in this mixture of reason and magic, of wonder and horror, of hope and despair.

 

Clair-obscur

 
Ma série intitulée « Clair-obscur », pleine de rayons de lumière et de taches d’obscurité, reflète ma vision de la vie, comme étant une chaîne interrompue de moments aussi merveilleux que terribles, d’instants de bonheur et de douleur, d’amour et de peur. Et nous, là, nous y logeons, anges et démons, experts à la fois en compassion et en cruauté, en ardeur et en indifférence, en liberté et en esclavage; toujours prêts à croire, soit en Dieu, aux étoiles, à la physique quantique, au destin ; n’importe quoi suffit pour penser que la vie vaut être vécue.

Et je demeure là, dans ce mélange de raison et de magie, d’admiration et d’horreur, d’optimisme et, que l’on veuille ou non, de déception.

Mónica Márquez 2008